1. Faculté de Lettres, Traduction et Communication
  2. Accueil
  3. Actualités

Le projet "Belgian Language in Autism Cohort" récompensé par un EOS

Publié le 16 décembre 2021 Mis à jour le 20 décembre 2021

Mikhail Kissine et ses collègues de l'ULB, de l'UGent et de la KULeuven sont récompensés par le FNRS et la FWO pour leur projet de laboratoires mobiles qui sillonneront la Belgique à la rencontre des familles "touchées" par l'autisme.

Le programme EOS désire promouvoir la recherche conjointe entre les chercheurs de la communauté francophone et communauté flamande en finançant des projets communs de recherche fondamentale dans n’importe quelle discipline scientifique.

Grâce à ce financement EOS et en collaboration avec des collègues des universités de Gand et de Louvain, le Professeur Mikhael Kissine, coordinateur du Centre de Recherche inter-facultaire ACTE (Autisme en Contexte : Théorie et Expérience), va mener une étude visant à suivre, dans l’ensemble du pays, le développement linguistique et cognitif de 300 enfants autistes âgés de 3 à 6 ans.

Notre but est de dresser le profil le plus complet possible des différentes trajectoires suivies par ces enfants. Nous souhaitons déterminer comment et pourquoi évoluent les enfants autistes entre l’âge de 3 et 6 ans affichant un problème de langage. À trois ans, 60% des enfants autistes ne parlent pas. Une partie importante d’entre eux va résorber ce retard vers l’âge de 6 à 7 ans. Mais 25% environ des enfants souffrant de troubles du spectre de l’autisme vont rester non-verbaux toute leur vie. Nous voulons comprendre les raisons qui se cachent derrière ces différentes trajectoires. Afin que cette étude soit la moins invasive possible pour ces enfants et leur famille, trois laboratoires mobiles (trois camionnettes) vont être amenés à sillonner la Belgique pour réaliser cette étude »*

Rappelons qu'en 2015, le professeur Kissine a créé le laboratoire ACTE dans le but de remédier au manque de recherche sur l’autisme en Belgique francophone. Ce groupe comprend aujourd’hui une quinzaine de chercheurs (linguistes, psychologues cliniciens et neuropsychologues).  L'objectif principal est de mieux comprendre la nature et l’origine des difficultés dans la communication et ainsi que des fréquents retards dans le dans le développement du langage qui caractérisent l’autisme. Cet axe de recherche est crucial pour améliorer les outils de dépistage, de diagnostique et de prise en charge, pour favoriser l’intégration et améliorer ainsi le vécu des personnes avec autisme, de leur entourage et de leur famille.


* Propos de Mikhael Kissine recueillis par Christian Du Brulle  [Article du Daily Science - 16 décembre 2021