1. Faculté de Lettres, Traduction et Communication
  2. Accueil
  3. Agenda

Des pronoms qui (dé)genrent

Publié le 15 septembre 2020 Mis à jour le 15 septembre 2020

Dans le cadre de ses midis de la recherche, le centre Tradital invite Coraline Jortay qui présentera une recherche intitulée " Des pronoms qui (dé)genrent : traduction et écriture inclusive dans la Chine des années 1920 ". Au-delà d'un débat autour de la traduction et de l'écriture, ce travail met en lumière une réflexion sur la place des hommes et des femmes dans la société chinoise des années 20.

L’introduction d’un marquage en genre dans le système pronominal du chinois a été considérée comme l’un des tournants linguistiques majeurs de la période du Quatre Mai 1919, elle-même riche en débats sur la place des hommes et des femmes dans la société.
Ce bouleversement, qui a introduit une division tripartite masculine/féminin/neutre distincte de l’oral, qui conservait une seule forme, était initialement un phénomène essentiellement traductif et littéraire. Il est progressivement devenu un houleux sujet de société à mesure que le Ministère de l’Éducation s’est mêlé d’imposer certains pronoms « de bon genre », désormais officiels. Ceux-ci furent ensuite cooptés ou subvertis par différents écrivains au cours des années 1920 et 1930, voire complètement rejetés et remplacés par des pronoms alternatifs de genre « inclusif », considérés comme moins sexistes par d’autres.
C’est ce débat oublié depuis un siècle sur l’écriture inclusive en Chine que Coraline Jortay se propose de récupérer. Sa recherche permet de mettre en lumière non seulement le rôle qu’a pu jouer la traduction, et en particulier la traduction littéraire, dans la création d’un canon national et sa subversion, mais également l’importance du chinois, longtemps considéré comme langue « sans genre », comme outil méthodologique permettant de repenser l’articulation entre oralité et écriture au cœur de l’inscription du genre linguistique dans les langues.

Coraline Jortay est docteure en Langues, Lettres et Traductologie (ULB, 2020) et chercheuse postdoctorante au sein du Centre Chine de l'Université d'Oxford dans le cadre d'un Junior Research Fellowship de la Fondation Wiener-Anspach (2020-2021). Sa recherche s'intéresse aux débats littéraires (1917-1937) entourant « l’invention » des pronoms marqués en genre en chinois, et plus généralement aux réappropriations des pronoms dans la littérature sinophone des vingtième et vingt-et-unième siècles.
Diplômée du Département de Traduction et Interprétation de l'ULB, elle est également traductrice de littérature sinophone en français et co-fondatrice du réseau CHANGE (China Academic Network on Gender) en partenariat avec SOAS et King’s College London.

  • Plus d'informations sur le site de Tradital, centre de recherche en traduction, interprétation, didactique et traitement automatique des langues
  • Contact : tradital@ulb.be 
Date(s)
Le 24 septembre 2020

12h00

Lieu(x)

C'est chez vous ! 
Pour participer au webinaire via Teams, contactez le centre de recherche par mail : tradital@ulb.be