1. Faculté de Lettres, Traduction et Communication
  2. Accueil
  3. Agenda

Gender Studies et sociologie de la littérature : perspectives croisées

Publié le 21 avril 2022 Mis à jour le 21 avril 2022

Les neuvièmes journées d’études du groupe COnTEXTES (Revue de sociologie de la littérature) se donnent pour objectif d’étudier les rapports entre études de genre et sociologie de la littérature.


Si le genre est une « construction sociale » et que la littérature « participe » à « [s]a fabrication » (Boisclair, 2002), leurs champs de recherche ont beaucoup à partager.

Il convient ainsi de tenir compte des périmètres adjacents de ces savoirs, qui œuvrent dans un même mouvement à une meilleure compréhension des mécanismes de domination, à une réflexion sur les conditions d’efficacité du langage ou encore à une démystification de la constitution des connaissances et des points de vue.

Partant de là, et considérant la littérature à la fois comme une activité socialement déterminée (avec une structure, des fonctions et des interactions analysables – Bourdieu, 1992 ; Dubois, 1978 ; S. Becker, 1982) et comme un mode de « connaissance pratique » du monde social (Bouveresse, 2008), l’ambition de ces journées sera de repenser la place qu’elle occupe dans le travail d’élucidation des catégories de genre, de leurs interactions et de leurs intersections avec d’autres relations de pouvoir (Lasserre, 2016).

Aussi s’agira-t-il de se soustraire à « la loi des cécités et des lucidités croisées » (Bourdieu, 1982) où chaque discipline, comme dans la fable des aveugles et de l’éléphant, cartographie des réalités interdépendantes tout en revendiquant la supériorité de son point de vue.

 
Illustration : Manon Duriau
 

Programme :

 
jeudi 23.06.22

9h00

Mots d’introduction par les organisateur·trices

9h30

Panel no 1 (présidence : Clément Dessy, F.R.S.-FNRS, Université libre de Bruxelles)

Gisèle Sapiro (CNRS, École des Hautes Études en Sciences Sociales) : « Littérature et violence symbolique »

Isabelle Boisclair (Université de Sherbrooke) : « À l’intersection des champs : parcours d’une féministe en sociologie de la littérature »

10h50

Pause café

11h05

Panel no 2 (présidence : Laurence Brogniez, Université libre de Bruxelles)

Camille Islert (Université Lyon 2 – Lumière) : « “La trace d’une influence masculine” : l’intertexte entre exaltation et menace dans quelques poèmes de Renée Vivien. »

Anna Krykun (Université de Tours) : « Libraire, substantif masculin : Adrienne Monnier et Sylvia Beach ou l’avant-garde littéraire française à l’épreuve du genre »

Anne Tomiche (Université Paris-Sorbonne 4) : « Relire les avant-gardes artistiques à partir de questionnements de genre »

13h05

Pause midi

14h

Entretien avec Marie Baudry (Université de Lorraine) autour de L’Éducation sentimentale du roman (2022) de Margaret Cohen, avec Justine Huppe (F.R.S.-FNRS, Université de Liège)

15h

Pause café

15h20

Panel n°3 (présidence : Sabrina Parent, Université libre de Bruxelles)

Catherine Parent (Université de Sherbrooke et Université Laval) : « La figure d'autrice : enjeux et méthode (avec des exemples chez Nelly Arcan, Claire Martin, Marie Uguay) »

Claire Ducournau (Université Paul-Valéry-Montpellier 3) : « Le couple littéraire comme unité d’analyse croisée. Quelques réflexions autour de Marie NDiaye et Jean-Yves Cendrey »

16h40

Pause café

17h00

Entretien autour de Faire le garçon (2016) de Jérôme Meizoz (Université de Lausanne), avec Nicolas Duriau (F.R.S.-FNRS, Université libre de Bruxelles)

vendredi 24.06.22

9h00

Panel no 4 (présidence : Denis Saint-Amand, F.R.S.-FNRS, Université de Namur)

Anne Grand d’Esnon (Université de Bourgogne) : « Pratiques interprétatives et usages des récits de fiction dans le mouvement féministe contre le viol »

Laurence Bachmann (Haute École de Travail Social de Genève) : « Lire les sciences sociales et se réinventer »

10h20

Pause café

10h40

« Genre et métiers du livre » : table ronde avec Delphine Naudier (CNRS, Université Paris Vincennes 8), Arianne Herman (libraire chez TULITU à Bruxelles) et Claire Stavaux (éditrice chez L’Arche à Paris), avec Laura Degrande (Université de Namur) Siân Lucca (Université de Liège) et Laura Zinzius (Université de Namur)

12h10

Pause midi

13h00

Panel no 5 (présidence : Fanny Lorent, F.R.S.-FNRS, Université de Liège)

Alexia Rosso (Université Toulouse Jean Jaurès) : « « Reconstruire les positionnements des écrivaines dans le champ de la modernité littéraire germanophone à partir des revues littéraires en circulation »

Maëlle Gélin (Sciences Po Paris) : « Genre et littérature en contexte (post-)colonial : comment saisir les enjeux de genre au sein de la structure éditoriale Présence Africaine (1947-années 1980) ? »

14h20

Pause café

14h40

Panel n°6 (présidence : Laurence Rosier, Université libre de Bruxelles)

Marie-Jeanne Zenetti (Université Lyon 2 – Lumière) : « Un point de vue qui ne s’ignore pas comme tel : épistémologies féministes, sociologie et études littéraires »

Audrey Lasserre (Université Catholique de Louvain, Musées royaux des Beaux-arts de Belgique) : « L’agency peut-elle servir à penser le texte littéraire et ses effets ? »

16h00

Entretien autour de Comme nous existons (2021) de Kaoutar Harchi (Haute Ecole de Travail Social de Genève)

17h

Mot de conclusion par les organisateur·trices

Date(s)
Le 23 juin 2022
Lieu(x)
Campus du Solbosch
Plan d'accès

Maison des Arts de l'ULB

56 avenue Jeanne, 1050 Bruxelles

Date(s)
Le 24 juin 2022
Lieu(x)
Campus du Solbosch
Plan d'accès

Maison des Arts de l'ULB

56 avenue Jeanne, 1050 Bruxelles

Contact
Nicolas Duriau : nicolas.duriau@ulb.be